Adapter la conduite des cultures au débouché visé

Présentation de la technique

Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Selon le débouché visé, le niveau de qualité requis est variable. En général, il est inférieur lorsque la récolte est destinée à l'alimentation animale plutôt qu'à l'alimentation humaine. On peut alors réduire le niveau de protection de la culture, et en particulier adopter des seuils de traitement plus élevés. Des ajustements peuvent aussi être réalisés au niveau de la fertilisation azotée, ce qui permet d'économiser de l'engrais pour les débouchés moins exigeants (taux de protéines).

Exemple de mise en oeuvre :

Observations générales :

Echelle temporelle de mise en oeuvre :

sur la culture

Echelle spatiale de mise en oeuvre :

parcelle

Possibilité d'extrapolation (adaptation locale) à

Toutes les cultures Pas généralisable
Tous les types de solsFacilement généralisable
Tous les contextes climatiquesFacilement généralisable

Réglementation

Texte réglementaire de référence
Influence de la réglémentation

Objectifs, modes d'action, efficacité, techniques complémentaires et incompatibles

Limiter insecticides / molluscicides

Il s'agit de tolérer plus de dégâts, sans pour autant que ceux-ci se traduisent en pertes de rendement. Ils peuvent se traduire en perte de qualité, par exemple dans la mesure où le débouché alimentation humaine n'est plus accessible. Le mode d'action concrêt consiste en des réductions du nombre de traitements ou de dose du fait de seuils ou de stratégies de traitement différentes.

Techniques complémentaires :

Techniques incompatibles :

Précisions :

Efficacité++
Echelle temporelle d'efficacitésur la culture
Echelle spatiale d'efficacité parcelle
Indice de confiance faible
Expériences connues très peu

Limiter fongicides

Les possibilités de réduire l'utilisation de fongicides sont surtout liées à des différences de sensibilités variétales selon les filières (par exemple entre entre orge brassicole et fourragère).

Techniques complémentaires :

Techniques incompatibles :

Précisions :

Efficacité++
Echelle temporelle d'efficacitésur la culture
Echelle spatiale d'efficacitéparcelle
Indice de confiancemoyen
Expériences connuesquelques unes

Limiter utilisation azote

L'adaptation de la fertilisation azotée au débouché permet de limiter les apports pour les moins exigents. Le blé tendre est particulièrement concerné via le taux de protéines recherché (plus faible en alimentation animale par exemple).

Techniques complémentaires :

Techniques incompatibles :

Précisions :

Efficacité++
Echelle temporelle d'efficacitésur la culture
Echelle spatiale d'efficacitéparcelle
Indice de confiancemoyen
Expériences connuesnombreuses

Effets de la technique sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...) Diminution En lien avec la réduction d'utilisation. Cet effet est fonction des caractéristiques des molécules (capacité à passer dans l'eau).
Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...)DiminutionEn lien avec la réduction d'utilisation. Cet effet est fonction des caractéristiques des molécules (capacité à passer dans l'air).
Consommation d'énergie fossilevariableIl peut y avoir diminution si des passages de pulvérisateur sont évités.
Dégagement de GESvariableIl peut y avoir diminution si des passages de pulvérisateur sont évités.
BiodiversitéAugmentationUne réduction des traitements constitue une réduction de la pression exercée sur la biodiversité.

Critères "agronomiques"

Effet sur le rendement de la culture pas d'effet (neutre)
Effet sur la productivité du système de culturesans objet
Fertilité du solpas d'effet (neutre)
Risque de stress hydriquepas d'effet (neutre)
Biodiversité fonctionnelleAugmentation Une réduction des traitements constitue une réduction de la pression exercée sur la biodiversité et en particulier de la biodiversité fonctionnelle.

Critères "économiques"

Charges opérationnelles Diminution Des économies de produits phytopharmaceutiques sont possibles.
Charges de mécanisation pas d'effet (neutre)
Marges globales sur la culturePas de connaissance sur impact
Marges sur la rotationSans objetL'évolution des marges est fonction de l'équilibre entre économies de charges et réduction éventuelle du prix de vente (moins 50 euros/tonne entre féverole alimentation humaine et animale ; 20 à 30 euros/tonne entre orge de brasserie et orge de mouture).
Consommation de carburant variable Il peut y avoir diminution si des passages de pulvérisateur sont évités.

Critères "sociaux"

Charge de travail globale pas d'effet (neutre)
Temps observations pas d'effet (neutre)
Temps mécanisation variable Diminution possible si moins de passages.

Quelques références utiles...

Titre

Année

Nom(s) auteur(s) et organisme(s)

Editeur ou nom revue

Précisions

Pois protéagineux de printemps et d'hiver. Guide de culture 2011-2012

2011

Arvalis UNIP

Arvalis / UNIP, mai 2011

Brochure technique

Ecophyto R&D. Vers des systèmes de culture économes en produits phytosanitaires. Tome II : Analyse comparative de différents systèmes en grandes cultures

2009

Brunet N. (INRA) ; Debaeke P. (INRA) ; Delos M. (DRAAF-SRAl) ; Guérin O. (CA 17) ; Guichard L. (INRA) ; Guindé L. (INRA) ; Mischler P. (Agro-transfert RT) ; Munier-Jolain N. (INRA) ; Omon B. (CA Eure) ; Rolland B. (INRA) ; Viaux P. (Arvalis) ; Villard A. (CA 71)

INRA éditeur (France) page 85

Ouvrage.

Recueil et analyse critique des règles de décision

2012

Henry A. , Deytieux V. , Reau R. (INRA)

INRA

Rapport bibliographique. Document en cours de rédaction, non publié.

Escourgeon et orge d'hiver

2008

Chambre d'Agriculture de Bourgogne

Chambre d'Agriculture de Bourgogne

Brochure technique

Réglementation mycotoxines

2001

Syngenta

Sygenta

Site Internet

Organismes vivants favorisés ou défavorisés par la technique

Bioagresseurs favorisés

Non renseigné

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions
Tordeuse du pois +++ (forte même si technique utilisée seule)
Sur pois protéagineux : traiter à partir de 400 captures cumulées en alimentation animale (à renouveler si capture de 400 papillons la semaine suivante). En alimentation humaine : traiter à partir de 100 captures cumulées ET présence des premières gousses plates.
Bruche +++ (forte même si technique utilisée seule)
Sur pois protéagineux, le seuil est de 1 à 3% de grains touchés en alimentation humaine et de 10% en alimentation animale. Ces seuils ne sont pas traduits en seuils de traitement. Possible aussi sur féverole.
Anthracnose féverole +++ (forte même si technique utilisée seule)
Un seuil spécifique à la filière alimentation humaine a été trouvé. Son objectif est d'éviter les dégâts visuels. Jusqu'à la floraison, intervenir si observation des premières tâches sur feuilles à hauteur des premières gousses.
Helminthosporiose de l'orge, Rayure réticulée de l'orge +++ (forte même si technique utilisée seule)
Orge d'hiver. Variété fourragère résistante : un seul traitement ou deux à demi-dose ; variété brassicole ou fourragère sensible : deux traitements.
Rhynchosporiose +++ (forte même si technique utilisée seule)
Orge d'hiver. Variété fourragère résistante : un seul traitement ou deux à demi-dose ; variété brassicole ou fourragère sensible : deux traitements.
Helminthosporiose de l'orge, Rayure réticulée de l'orge +++ (forte même si technique utilisée seule)
Orge d'hiver. Variété fourragère résistante : un seul traitement ou deux à demi-dose ; variété brassicole ou fourragère sensible : deux traitements.
Oïdium des céréales +++ (forte même si technique utilisée seule)
Orge d'hiver. Variété fourragère résistante : un seul traitement ou deux à demi-dose ; variété brassicole ou fourragère sensible : deux traitements.
Rouille naine de l'orge +++ (forte même si technique utilisée seule)
Orge d'hiver. Variété fourragère résistante : un seul traitement ou deux à demi-dose ; variété brassicole ou fourragère sensible : deux traitements.
Fusariose, Michrodochium +++ (forte même si technique utilisée seule)
Les exigences de teneurs maximales en mycotoxines ne sont pas les mêmes en alimentation humaine et en alimentation animale. Cette différence pourrait se traduire par des stratégies de protection fongicide adaptées, mais les exemples manquent.
Fusarioses trichothécènes B zearalenone céréales à paille +++ (forte même si technique utilisée seule)
Les exigences de teneurs maximales en mycotoxines ne sont pas les mêmes en alimentation humaine et en alimentation animale. Cette différence pourrait se traduire par des stratégies de protection fongicide adaptées, mais les exemples manquent.

N.B. : l'efficacité est considérée comme forte car ce sont les seuils majoritairement conseillés en lutte chimique conventionnelle.

Auxiliaires favorisés

Non renseigné

Auxiliaires défavorisés

Non renseigné

Cultures concernées

Pois d'hiver, Pois de printempscontre la bruche et la tordeuse.
Féverole de printemps, Féverole d'hivercontre les bruche, tordeuse et anthracnose.
Orge d'hiverEn lien avec la variété (liée au débouché). Au niveau de la lutte contre les maladies, un programme à un seul traitement (ou à deux traitements à demi-dose) est proposée pour les variétés fourragères peu sensibles, contre un programme à deux traitements pour les variétés fourragères sensibles et les variétés brassicoles.
Blé tendre d'hiverLes différences d'exigences au niveau mycotoxines diffèrent entre alimentation humaine et animale. Cela pourrait se traduire par des stratégies de protection fongicide adaptées (mais les exemples manquent). De même, les tratégies de fertilisation peuvent varier.
Date de dernière modification
12/04/2012
Contributeurs

Julien Halska

INRA

Dijon (21)

Sébastien Piaud

Chambre d'Agriculture de Seine et Marne

Le Mée sur Seine (77)

Mots-clés
Méthode de contrôle des bioagresseursLutte chimique
Mode d'actionRattrapage
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticidesEfficience
Type de techniqueType de technique::Protection phytosanitaire
étiqueté par
aucune étiquette
ajouter